Le dernier conte de Luis Sepulveda, illustré par Joëlle Jolivet, m'a semblé refléter l'état du monde : certains ont le sentiment d'appartenir à la Nature et vivent en harmonie avec elle, tandis que d'autres la pillent sans se rendre compte qu'ils programment leur propre extinction.

chien

C'est l'histoire d'une amitié entre un chien et un homme, qui ont en commun de se sentir profondément unis à la Terre. Le chien, parce qu'il est animal, fait partie de la nature, mais il a aussi vécu parmi les hommes. Pas n'importe quels hommes, chez les Indiens Mapuches, les Gens de la Terre.

Confronté à la cruauté de ceux qui ne pensent qu'à leur profit immédiat, il tente de survivre en se soumettant aux ordres. Mais une odeur lui remet en mémoire la vie heureuse qu'il a perdue, la vie auprès de son frère-homme. Alors il ne se laissera plus faire et fera tout pour le retrouver et le sauver.

Tout au long de ce récit émouvant, on découvre aussi la philosophie de vie des Indiens Mapuche et leur langue. L'auteur nous distille les mots en langue mapuche au fil des phrases et ce faisant l'esprit de son peuple. Un glossaire les recueille en fin comme un précieux témoignage de cette culture orale et peut-être aussi pour semer l'espoir d'une vie plus en phase avec notre maison la Terre.