Yasunari Kawabata, écrivain japonais contemporain, a eu le prix Nobel de littérature en 1968. Je n'avais jamais entendu parler de ce monsieur, alors j'ai testé ^__^

paysdeneige

Shimamura, marié, père de famille, n'a pas besoin de travailler pour subsister, il consacre donc son temps à sa passion : le théâtre Nô, puis la danse occidentale. Il aime de temps à autre fuir Tokyo et son agitation pour se perdre dans la montagne. Lors d'une escapade dans une station thermale, il rencontre Komako apprentie geisha. Il reviendra deux fois, vivre comme dans une parenthèse, dans cette montagne où le temps se déroule différemment.

On suit les événements par le regard de Shimamura, ses interrogations, ses rêveries. Le récit s'écoule lentement comme une rivière paisible, pas de suspense, pas de tension. Nulle hâte de connaître la suite au fil des pages mais l'attirance à se couler encore dans cette ambiance... On découvre la vie dans les montagnes, les habitudes des Japonais (dans les années 30) et leur façon d'être qui nous semble parfois si éloignée de la nôtre mais ce que ressent Shimamura est pourtant universel.

Il y a des discussions sur la traduction de ce livre, car il est vrai que le style de la traduction française est parfois un peu tarabiscoté. Je pense que c'est pour faire ressortir le côté poétique, irréel mais c'est un peu lourd quelques fois.

Plusieurs films ont été tournés d'après ce roman dans les années 50-60, et un shojo très fidèle au texte a été réalisé par Sakuko Utsagi paru chez Piquier en France en 2010. Voilà une commande pour mes chers libraires ^__^ Je vous tiens au courant...

Enregistrer